jeudi, novembre 13, 2008

Quand on veut, on peut

Enterrement de cinq combattants
Des Palestiniens assistent aux funérailles de cinq combattants du Hamas tués de nuit lors d'une opération de l'armée israélienne dans la Bande de Gaza, la plus grave violation de la trêve qui a été conclue en juin.

Il est possible de défier les Israéliens, mais il faut en avoir le courage, spécialement les pays arabes.
L'auditorium du centre culturel de Rashad Al-Shawwa a retenti d'applaudissements lorsque le ténor italien, Joe Fallisi, a fini de chanter. Fallisi est l'un des 27 militants étrangers et palestiniens qui sont arrivés à Gaza la semaine dernière à bord du « Dignity » avec un voyage organisé par le mouvement Free Gaza pour rompre le blocus.
Pendant les trois jours qu'ils ont passé à Gaza, les militants ont visité la Bande et inspecté les dommages causés par deux années de blocus et par les incursions israéliennes. Jeudi, ils se sont rendus au plus grand hôpital de Gaza, Dar Al-Shifaa, où des dizaines de patients risquent de mourir s'ils ne sont pas autorisés à se faire soigner à l'étranger.
Iman, épouse d'un patient cardiaque, a dit « je n'arrive pas à croire que mon mari va mourir uniquement parce qu'on ne l'autorise pas à voyager. Une simple procédure médicale pourrait lui sauver la vie ».
Les militants ont été très frappés par la vue des maisons détruites, des oliveraies ravagées, des orangeraies déracinées et des puits comblés. Hassan Bakr, dont la ferme a été détruite par les Israéliens, espérait que les militants relaieraient ce qu'ils ont vu au monde extérieur et « obligeraient Israël à mettre fin à sa conduite criminelle ».
Les militants étrangers ont assisté à plusieurs événements organises en leur honneur ; au cours de l'un d'eux, des Palestiniens ont chanté une chanson en anglais au sujet d'un malade qui ne pouvait pas se rendre à l'étranger pour recevoir des soins.
Avant de quitter Gaza, les militants ont rencontré des représentants des étudiants qui ne peuvent pas poursuivre le leurs études à l'étranger à cause du blocus. Huweida Arraf, porte-parole du mouvement Free Gaza, a dit aux étudiants que leur problème est absolument prioritaire et a elle promis de transmettre leurs difficultés au monde entier.
Ihab Al-Ghosein, attaché de presse du Ministère de l'intérieur du Hamas, a dit que plus de 400 patients attendaient de pouvoir se rendre en Égypte pour y être soignés. Depuis que le blocus a été instauré à Gaza il y a deux ans, 253 personnes, dont un nourrisson, sont décédées en attendant d'avoir l'occasion de se rendre étranger. Il a ajouté qu'il y a au total 4628 personnes, dont 1182 femmes, 270 personnes de plus de 60 ans, 786 et étudiants, 199 détenteurs d'un passeport égyptien et 244 enfants de moins de cinq ans qui souhaitent se rendre à l'étranger. Il y a plus de 1700 personnes dont le permis de séjour à l'étranger a expiré à cause du blocus et 300 détenteurs d'un passeport étranger qui n'ont pas pu quitter la Bande, a signalé Al-Ghosein .
Mairead Corrigan-Maguire, lauréate du prix Nobel de la paix en 1976, à cause de ses efforts en faveur de la paix en Irlande, était parmi les militants qui sont allés à Gaza. Elle a dit que son objectif était de rencontrer les habitants et de connaître leurs soucis ainsi que de rompre le silence international sur ce qui se passe à Gaza en raison du blocus. « Je voulais également voir par moi-même comment les gens vivaient. Je veux faire connaître leur situation au monde entier et demander instamment à la communauté internationale de faire face à ses responsabilités » a-t-elle ajouté.
Mairead Corrigan-Maguire a demandé instamment aux Palestiniens de retrouver leur unité et de dépasser leurs divisions actuelles. « Les Palestiniens ont suffisamment souffert.... Nous ne pouvons pas accepter la confiscation par Israël des terres palestiniennes, les destructions de maisons, la construction de colonies, ou la manière raciste dont les Israéliens traitent les Palestiniens » a-t-elle dit. La lauréate irlandaise du prix Nobel a ajouté qu'elle reviendra à Gaza en cas de besoin. « Je n'aime pas la mer et le voyage m'a épuisée. Mais je reviendrai si le blocus continue ».
Jamal Al -Khodari, militant antiblocus, a dit que la prochaine étape consisterait à louer un avion et à atterir à Gaza, pour défier ainsi le blocus aérien tout comme cela avait été fait avec les blocus terrestre et maritime. « Les Palestiniens ont le droit d'utiliser leur espace aérien comme n'importe qui d'autre » a-t-il déclaré.
Al-Khodari a annoncé qu'une délégation internationale de parlementaires de pays arabes européens et asiatiques comptait se rendre à Gaza par le passage de Rafah. Il espérait que les autorités égyptiennes n'essayeraient pas d'empêcher la délégation de passer.
L'intrépide voyage du bateau a ravi le Hamas. Fawzi Barhoum, porte-parole officiel du Hamas, a dit que l'arrivée du Dignity prouvait que le blocus peut être défié. « Il est possible de mettre fin au blocus de Gaza si les Arabes prennent une position officielle et effective » a-t-il ajouté.
La rupture du blocus est un devoir humanitaire, éthique et national a dit Barhoum. Il a demandé à l'Égypte d'ouvrir le passage de Rafah et de témoigner de la sympathie pour « la souffrance d'un million et demi de Palestiniens ».
Initiative sans précédent, une banque alimentaire vient d'ouvrir ses portes au public pour aider la population à faire face au blocus. Adel Rizq , directeur exécutif de l'agence civile pour la santé familiale, a dit que la banque distribuerait de la nourriture gratuite aux personnes dans le besoin lesquelles seraient identifiées et aidées, a-t-il fait remarquer.

13 novembre 2008 / Info-palestine / Al-Naami - Al Ahram Weekly /
6 novembre 2008 - Cet article peut être consulté ici : http://weekly.ahram.org.eg/2008/921... Traduction : amg
13.11.08 15:29

Partager

1 commentaires:

À 7:21 AM , Anonymous Simpldespry a dit...

Parfois, j'ai honte d'être arabe

 

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]

Liens vers cet article:

Créer un lien

<< Accueil