vendredi, août 04, 2006

Liban - Cessez-le-feu introuvable (04/08/2006)

Le bilan du bombardement de Cana revu à la baisse

JÉRUSALEM L'affrontement entre Israël et le Hezbollah s'est encore exacerbé jeudi tandis qu'un éventuel cessez-le-feu restait toujours aussi introuvable après plus de trois semaines d'un conflit qui a fait plus d'un millier de morts, principalement des civils libanais.

Le Hezbollah a fait pleuvoir jeudi plus d'une centaine de roquettes sur le nord d'Israël, notamment sur les villes d'Acre et de Maalot, faisant huit nouveaux morts qui portent à 27 le nombre d'Israéliens tués par les projectiles des combattants chiites libanais depuis le 12 juillet.
Au Sud-Liban, ces derniers ont continué à opposer une résistance acharnée à l'offensive terrestre lancée il y a trois jours par Tsahal, tuant trois soldats israéliens, voire quatre selon la chaîne arabe Al Arabia, ce qui porte à au moins 40 le nombre de militaires israéliens tués dans cette guerre.
Avec une douzaine de morts civils et militaires, la journée de jeudi est la plus meurtrière depuis qu'a éclaté le conflit dont tout indique qu'il s'aggrave de jour en jour, les deux belligérants faisant preuve d'une égale intransigeance dans leurs objectifs affichés.
Selon des sources libanaises, le Hezbollah aurait perdu pour sa part environ 80 hommes depuis le 12 juillet, alors qu'Israël dit en avoir tué 300.
Les combats à l'arme lourde des dernières heures se sont déroulés autour d'une vingtaine de villages frontaliers qui forment les premiers maillons d'une zone de sécurité que l'armée compte tenir jusqu'à l'arrivée de la future force internationale - toujours hypothétique.
Un porte-parole militaire a fait savoir que l'armée comptait au cours des prochains jours étendre cette zone jusqu'à une quinzaine de kilomètres de profondeur à l'intérieur du Liban, soit encore en deçà du fleuve Litani, malgré les appels au cessez-le-feu qui se multiplient dans le monde.
L'offensive israélienne au Liban a fait 900 morts, dont un tiers d'enfants de moins de 12 ans, 3.000 blessés et un million de réfugiés, a déploré jeudi le Premier ministre libanais Fouad Siniora.
Les responsables d'hôpitaux de Tyr ont par ailleurs révisé jeudi à la baisse le nombre de victimes du bombardement israélien du village de Cana, au Liban Sud, qui s'établit à 28 morts, dont 16 enfants, contre 52 annoncés précédemment.
Selon l'ONG Human Rights Watch, l'armée israélienne "semble avoir en certaines occasions délibérément visé des civils" et certaines de ses frappes aériennes contre des convois de réfugiés arborant des drapeaux blancs relèveraient du crime de guerre.

© La Dernière Heure 2006

Partager

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]

Liens vers cet article:

Créer un lien

<< Accueil