jeudi, avril 05, 2007

Les combats ont fait près de 400 victimes civiles en Somalie

Des diplomates américains, européens et africains ont lancé un appel au calme en Somalie où les violents combats de ces derniers jours ont fait près de 400 morts et de 700 blessés parmi la population civile. Ces diplomates se sont réunis au Caire dans le cadre du "groupe de contact" international sur la Somalie pour discuter des moyens de mettre fin aux affrontements et de faire face à l'afflux de réfugiés. Photo prise le 3 avril 2007/REUTERS/Nasser Nuri
mardi 3 avril 2007, mis à jour à 16:54 / [
Lexpress]


Des diplomates américains, européens et africains ont lancé un appel au calme en Somalie où les violents combats de ces derniers jours ont fait près de 400 morts et de 700 blessés parmi la population civile.
Ces diplomates se sont réunis au Caire dans le cadre du "groupe de contact" international sur la Somalie pour discuter des moyens de mettre fin aux affrontements et de faire face à l'afflux de réfugiés.
Les quatre jours de combats qui ont pris fin dimanche à Mogadiscio sont considérés par les ONG comme les plus violents depuis quinze ans et l'on craint que d'autres victimes restent ensevelies sous les décombres.
L'offensive lancée contre les insurgés islamistes par le gouvernement somalien et ses alliés éthiopiens a aussi fait de nombreux morts parmi les belligérants et les quartiers résidentiels ont essuyé des tirs d'artillerie destructeurs.
Un calme précaire régnait mardi pour le deuxième jour consécutif dans la capitale somalienne et les chefs du principal clan de Mogadiscio, les Hawiye, ont rencontré les responsables militaires éthiopiens, a rapporté Ahmed Diriye, porte-parole des Hawiye.
Les combattants des deux camps restent néanmoins retranchés aux abords de la capitale et l'on craint une reprise rapide des combats.
L'Elman Peace and Human Rights Organisation, une ONG locale, a recensé 381 civils tués par les combats et 565 blessés.
Le Comité international de la Croix-Rouge a pour sa part dénombré 700 blessés dans les trois hôpitaux de la ville qu'il approvisionne.
Sudan Ali Ahmed, président d'Elman, a dit s'attendre à ce que le bilan s'alourdisse. "Il y a encore des blessés et des morts dans des maisons où personne ne s'aventure", a-t-il déclaré à Reuters.
L'Ethiopie a fait état de 200 insurgés tués.
ACCUEIL HOSTILE DES REFUGIES
L'Union européenne a lancé un appel à un cessez-le-feu durable afin de permettre aux travailleurs humanitaires d'accéder aux victimes.
"Nous sommes profondément préoccupés par l'impact humanitaire du conflit à Mogadiscio et par le bombardement aveugle de zones à forte densité de population", dit un communiqué conjoint de Louis Michel, commissaire européen au Développement et à l'Aide humanitaire, et de Javier Solana, porte-parole de la diplomatie européenne.
Selon les Nations unies, près de 50.000 personnes ont fui Mogadiscio ces dix derniers jours, portant le nombre de réfugiés à près de 100.000, soit le dixième de la population de la capitale.
Pour le Haut commissariat des Nations unies pour les Réfugiés (HCR), l'exode rappelle celui consécutif au renversement du président Mohamed Siad Barre, en 1991, qui fut suivi de quinze ans d'anarchie.
Les réfugiés ont été accueillis avec hostilité en de nombreux endroits où on leur a extorqué des sommes exorbitantes pour louer un abri ou même un peu d'ombre, a rapporté le HCR.
L'intervention, en fin d'année dernière, des troupes éthiopiennes, a été décisive pour repousser les miliciens de l'Union des tribunaux islamiques (UTI), qui contrôlaient Mogadiscio depuis six mois, et qui étaient en passe de prendre Baidoa, siège du gouvernement de transition du président Abdullahi Yusuf.
L'UTI, qui nie tout lien avec Al Qaïda, a été rapidement repoussée puis chassée de la capitale somalienne. Mais les islamistes sont par la suite parvenus à se regrouper dans leurs bastions de Mogadiscio.
Amr Moussa, secrétaire général de la Ligue arabe, a déclaré à la réunion du Caire que la réconciliation était la seule solution mais qu'elle ne devait pas englober "ceux qui ont choisi la voie de la violence et de l'extrémisme", apparente allusion aux islamistes.
Les Etats-Unis, qui soutiennent le gouvernement et son allié éthiopiens, affirment depuis longtemps que, pourvu qu'ils renoncent à la violence, tous les Somaliens - y compris les islamistes - doivent participer à la conférence de réconciliation prévue le 16 avril à Mogadiscio.
DEPLOIEMENT D'UNE FORCE D'INTERPOSITION DE L'UA
Des experts somaliens n'espèrent guère que la réunion aille au-delà d'un soutien à la conférence de réconciliation nationale. "En fait, le fond de l'affaire c'est la totale inaction de la communauté internationale en Somalie", a confié un diplomate.
Le vice-ministre norvégien des Affaires étrangères, Raymond Johansen, a déclaré que la présence militaire éthiopienne en Somalie n'était pas viable et qu'il était temps se préparer à un retrait.
Moussa l'a approuvé en disant que la solution était de déployer une force de l'Union africaine tandis que les Ethiopiens se retireraient.
Quelque 1.200 militaires ougandais, avant-garde de cette force de maintien de la paix que l'Union africaine, n'ont pas réussi à éliminer les violences et sont devenus eux-mêmes la cible des insurgés.
Le président érythréen Isaias Afwerki a déclaré à l'issue d'une rencontre avec son homologue ougandais Yoweri Museveni que Kampala devrait se retirer.
"L'Ouganda doit prendre des mesures correctives concernant son initiative hâtive d'envoyer des troupes", écrit le site gouvernemental shabait.com en citant Isaias.
Le "groupe de contact" comprend des représentants de l'Union européenne, de la Grande-Bretagne, de l'Italie, de la Norvège, de la Suède, de la Tanzanie et des Etats-Unis et les Nations unies ainsi que l'Union africaine y ont un statut d'observateurs.


5.4.07 18:04 / LISTE NOIRE


Notes les plus récentes
Combats à Mogadiscio, les...Des médecins de Mogadiscio ont appelé mercredi la population à enterrer rapidement les victimes des combats la semaine dernière entre armée ...
Mogadiscio où 400 civils ...AMNESTY INTERNATIONAL Déclaration publiqueIndex AI : AFR 52/007/2007 (Public)Bulletin n° : 066ÉFAI4 avril 2007 Somalie. Craintes de reprise du conflit à ...

Partager

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]

Liens vers cet article:

Créer un lien

<< Accueil