vendredi, avril 06, 2007

LES ENFANTS SONT PARTICULIÈREMENT EXPOSÉS AU RÉCHAUFFEMENT CLIMATIQUE

Centre de soins au Niger. Les enfants vont porter de plus en plus le fardeau du réchauffement climatique, à en croire un rapport publié vendredi. Selon l'ONG caritative Save the Children, autour de 175 millions d'enfants seront affectés chaque année au cours de la décennie à venir par des catastrophes climatiques comme les sécheresses, les inondations et les tempêtes. /Photo d'archives/REUTERS/Antony Njuguna • (Reuters - vendredi 6 avril 2007, 7h44)
vendredi 6 avril 2007 /
http://fr.news.yahoo.com/

LONDRES (Reuters) - Les enfants vont porter de plus en plus le fardeau du réchauffement climatique, à en croire un rapport, tandis qu'un autre affirme que la planète va continuer de se réchauffer dans les décennies à venir quels que soient les efforts mis en oeuvre pour réduire les émissions de gaz à effet de serre.
Un troisième rapport, publié au moment où les scientifiques du Groupe intergouvernemental sur l'évolution du climat (Giec) tentent de finaliser leur analyse de l'impact des changements climatiques, estime que l'économie ressent d'ores et déjà les effets de l'évolution climatique.
Selon l'ONG caritative Save the Children, autour de 175 millions d'enfants seront affectés chaque année au cours de la décennie à venir par des catastrophes climatiques comme les sécheresses, les inondations et les tempêtes.
Cela, dit-elle, représente 50 millions par an de plus que durant la décennie 1995-2005. Etant des membres particulièrement vulnérables de la société, les enfants seront touchés beaucoup plus que les autres, et des millions mourront, seront contraints de fuir leurs habitations ou seront victimes de famines ou de maladies.
"Les enfants portent déjà le plus gros fardeau des changements climatiques et des millions d'autres enfants seront pris dans des catastrophes naturelles liées au climat, chaque année", explique Jasmine Whitbread, directeur de Save the Children pour la Grande-Bretagne.
EFFET RETARDATEUR
Les scientifiques prévoient que les températures moyennes mondiales vont monter de 1,8° à 4° Celsius au cours du XXIe siècle, du fait des activités humaines.
L'économie ressent déjà les effets néfastes des changements climatiques, selon une autre étude publiée vendredi par la société Risk Management Solutions (RMS).
Selon cette société spécialisée dans l'évaluation des risques posés par les catastrophes, les pertes financières liées aux calamités météorologiques ont augmenté en moyenne de deux pour cent par an depuis les années 1970.
Si les pays riches ont plus de moyens pour faire face à ces pertes que les pays pauvres, ils vont trouver difficile de s'adapter rapidement à l'augmentation des calamités climatiques, a déclaré Robert Muir-Wood, de la société RMS.
Enfin, dans un autre rapport paraissant vendredi, l'Agence britannique pour l'environnement écrit qu'en raison d'un phénomène de retardement des effets de réchauffement du gaz carbonique dans l'atmosphère, les températures vont continuer de monter au cours des 40 prochaines années, quelles que soient les décisions prises en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre.
"Nos efforts actuels pour réduire les émissions empêcheront une déstabilisation du climat au cours de la seconde moitié du siècle", déclare Barbara Young, qui dirige l'Agence britannique pour l'environnement.

6.4.07 17:16

Partager

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]

Liens vers cet article:

Créer un lien

<< Accueil