vendredi, mai 28, 2010

Action : Restriction de l’accès à l’eau dans les Territoires Palestiniens occupés


Le mardi 27 octobre 2009, Amnesty International publiait un rapport accusant Israël de priver les Palestiniens du droit d’accéder à une eau correcte en maintenant un contrôle total sur les ressources communes et en menant des politiques discriminatoires.
Les Palestiniens dans les Territoires palestiniens occupés se voient refuser par Israël l'accès à l'eau dont ils ont besoin. Par contre les colonies israéliennes en Cisjordanie, établies en violation du droit international, reçoivent toute l'eau qu'elles veulent, parfois 10 fois plus par habitant que les villages voisins palestiniens.
Les Israéliens ont imposé des contraintes à l'Autorité palestinienne qui l'empêche de développer efficacement la distribution et l'assainissement de l'eau; un tiers de l'eau que l'Autorité palestinienne gère et distribue à la population sous sa juridiction se perd dans les fuites. Pendant ce temps, à Gaza, qui est isolé par le blocus israélien, la distribution et l’assainissement de l'eau sont interrompus parce qu’il n’y a pas de matériaux pour la construction et l'entretien . Actuellement, plus de 90 pour cent de l'eau du robinet à Gaza est impropre à la consommation humaine, parce qu'elle est contaminée par l'eau de mer et les eaux usées.




Suite à l’action menée, nous avons quelques bonnes nouvelles en termes d'efficacité de la campagne d'Amnesty International, mais malheureusement de mauvaises nouvelles concernant la situation sur le terrain.
Les bonnes nouvelles:
Les autorités israéliennes ont réagi au rapport d'Amnesty International et aux campagnes menées par les sections d'Amnesty International, les structures et les membres. Les membres ont reçu une réponse de la Régie des eaux Israël (IWA), signé par le directeur Uri Shani, et un autre du ministère de la Justice, qui a également été adressée au S.I. , signé par Assaf Radzyner . Toutefois, l'IWA a pas répondu aux lettres spécifiques de équipe de recherche du S.I.
Certains sites d’informations ont signalé qu'après la publication du rapport d'Amnesty International, l'IWA a approuvé le forage de plusieurs puits dans les zones C de la Cisjordanie (les zones sous contrôle israélien total) - mais il semble qu'aucun des projets approuvés figure parmi ceux relevés lors d'une enquête par Amnesty International et publiés dans le rapport.
Les mauvaises nouvelles:
Il n'y a eu aucune amélioration sur le terrain concernant les cas examinés par Amnesty International:
Beit Ula:
Depuis la démolition des citernes de récupération d'eau pour l'agriculture de Beit Ula, projet financé par l'Union européenne le 15 Janvier 2008, le projet est en ruines. Certains agriculteurs ont dégagé les décombres pour sauver ces arbres qui peuvent survivre aux précipitations de l’hiver, ou font pousser des cultures d'hiver. La plupart des agriculteurs sont au chômage ou survivent de petits boulots en tant que travailleurs manuels. Les agriculteurs seraient prêts à relancer le projet dès qu'ils sont assurés qu'il ne sera pas démoli de nouveau, et qu'ils peuvent obtenir le financement nécessaire.
Al-Daraj Hathaleen:
Bien que les démolitions de neuf citernes d'eau de pluie, commandées le 3 Janvier 2008, n'aient pas encore été effectuées, les bergers de Hathaleen ne sont pas autorisés à utiliser les citernes, et restent dépendants des livraisons d’eau par des citernes mobiles coûteuses Depuis le début de 2009, la route qui mène vers les zones de Hathaleen a été fermée par l'armée et par conséquent, les camions-citernes ne peuvent pas passer.
Tuwani:
L'armée israélienne a de nouveau émis un ordre de démolition en Décembre 2009 pour une grande citerne d'eau pour le village, se référant à l'ordre du 20 Juillet 2009, mais la démolition n'a pas été effectuée. Au début de mars 2010, les résidents de Tuwani ont introduit une nouvelle demande de raccordement au réseau d'eau qui coule près du village, et qui fournit des colonies israéliennes, mais ont reçu une réponse négative de l'armée israélienne. Le 25 Novembre 2009, l'armée israélienne a confisqué les pylônes électriques destinés à relier Tuwani au réseau électrique, comme Tony Blair l’avait promis dans une précédente visite à Tuwani en sa qualité de représentant du Quartette pour le Moyen-Orient.
Al-Khader:
Les citernes dont la démolition était prévue en 2009 n'ont pas encore été démolies. La municipalité d'Al-Khader a été informée par l'armée israélienne à la mi-Février 2010, qu’elle doit établir une liste des agriculteurs dont les terres tombe sur le côté ouest de la clôture / mur, qui est déjà en cours de construction à proximité. Ces agriculteurs auront besoin d'un permis d'atteindre leurs terres agricoles et l'accès à leurs terres sera restreint.
Al-Farisiya:
Un agriculteur de Fa'iq Sbeih est sans ressources depuis la destruction en mars 2008 du tuyau qui lui permettait d’d'irriguer sa ferme. Il peut seulement se permettre d'apporter de petites quantités d'eau très coûteuse dans des citernes mobiles. Pendant ce temps, les oliviers qu’il a plantés sont trop jeunes pour porter des fruits, et les cultures d'hiver et son activité d’apiculture ne sont pas suffisamment rentables. Il ne peut pas rembourser les dettes qu'il a engagés pour investir dans l'exploitation agricole et s'inquiète de ce qu’il pourrait être envoyé en prison.
Hadidiya et Humsa:
Les résidents doivent passer par plusieurs points de contrôle pour remplir leurs camions-citernes; en février 2010, on note des rapports de retards et de harcèlement par les soldats du poste de contrôle le plus proche, celui d'al-Hamra. Le mouvement des villageois est également limitée par un fossé, creusé par les colons de Ro'i en février 2010, séparant Hadidiya de la route principale. Des organisations de Droits de l'homme ont signalé des cas de menaces avec violences par des colons israéliens à l’égard de bergers palestiniens de la région au cours du mois de Septembre 2009. À deux reprises, les gardes de colonies ont attaqué trois bergers de la région, ils ont alors appelé l'armée israélienne et la police, qui ont arrêté les bergers. L'impunité dont jouissent les colons qui se livrent à la violence contre des communautés vulnérables dans des régions déterminées de la Cisjordanie - là où Israël a un intérêt particulier à s'approprier des terres, généralement pour l'expansion des colonies - suggère fortement que les autorités, soit soutiennent ou, au moins, tolèrent les manoeuvres des colons pour forcer les habitants palestiniens à quitter la zone en leur rendant la vie intolérable.
Jiftlik:
L’agriculteur Mahmud Mat'ab Da'ish a commencé à replanter sur ses terres agricoles et à reconstruire les serres après la destruction de ses cultures, le 11 Mars 2008 par l'armée israélienne, mais il a reçu un avertissement de l'armée que les cultures seraient à nouveau détruites s'il le faisait. La famille Da'ish fait appel de cette politique par un processus légal.
Nous nous adressons de nouveau aux autorités israéliennes, les interpellant sur les 7 situations décrites ci-dessus.

Nous avons par ailleurs contacté l’IWA (régie des eaux) et le Ministre de la Justice en notant que leurs réponses se distinguent par l’accent mis sur divers aspects du rapport d'Amnesty International, mais toujours dans le but de réfuter les conclusions d'Amnesty International, ou de viser à blâmer l'Autorité palestinienne et la Palestinian Water Authority (PWA) pour le déficit en eau, et en signifiant également qu’ils laissent beaucoup d'appels d'Amnesty International sans réponse. Par exemple, les autorités ne donnent pas d'écho de la politique de l'armée qui vise à détruire les citernes de récupération d'eau, qui affecte de nombreuses zones rurales, ou de refuser de connecter les villages au réseau d'eau alors que dans le même temps l'approvisionnement aux colonies israéliennes est amplement assuré, colonies illégales au regard du droit international .
Dernière entrée :
La société civile en tête
Confrontés à l’échec que font les politiciens ? Démissionner ? Jamais. Pas en Palestine du moins. Maintes et maintes fois, le leadership palestinienne est entré dans un mur en béton (sans jeu de mots) quand il a tenté de conduire le peuple palestinien vers la liberté et l’indépendance.

Partager

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]

Liens vers cet article:

Créer un lien

<< Accueil