dimanche, août 24, 2008

Deux bateaux contre le blocus accostent à Gaza

Deux bateaux transportant des militants pro-palestiniens arrivent à Gaza, le 23 août 2008 / © AFP / Mahmud Hams / 24/08/2008 / info.france2.fr/
Deux bateaux transportant 44 militants pro-palestiniens ont pu atteindre la bande de Gaza samedi
L'objectif de ces militants, partis de Grèce à bord de deux grandes barques, était d'attirer l'attention sur le sort des 1,5 million de Palestiniens qui vivent sous blocus israélien à Gaza.Les autorités israéliennes, qui leur avaient dans un premier temps demandé de ne pas s'approcher, les ont finalement autorisés à accoster.
Au terme d'un périple débuté en Grèce, en passant par Rhodes, la Crète et Chypre, les deux bateaux ont été accueillis en fin d'après-midi par des centaines de Palestiniens brandissant des drapeaux et de petites embarcations venues à leur rencontre.
"Ils voulaient une provocation en mer mais ils ne l'auront pas. Nous savons qui sont les passagers et ce qu'ils transportent, donc nous ne voyons aucun problème à les laisser entrer", a déclaré le porte-parole du ministère des Affaires étrangères Aviv Shiron.
Avant leur départ de Chypre vendredi matin, les militants avaient affirmé avoir reçu des menaces de mort pour les dissuader de prendre part à l'expédition et, samedi matin, ils affirmaient que les systèmes de communications de leurs bateaux avaient été brouillés.
"Notre mission est de dénoncer l'illégalité des actions israéliennes, et de briser le siège afin d'exprimer notre solidarité avec le peuple de Gaza qui souffre", indiquait vendredi dans un communiqué le mouvement Liberté pour Gaza, à l'origine de cette action.
"Nous supposons que vous avez de bonnes intentions mais, en fait, le résultat de votre action, c'est que vous soutenez le régime d'une organisation terroriste à Gaza ", avait estimé le ministère israélien des Affaires étrangères, faisant référence au Hamas.
Les passagers de Free Gaza et de Liberty, âgés de 22 à 81 ans et originaires de 14 pays, transportaient 200 prothèses auditives et 5000 ballons pour les enfants de Gaza.
Le mouvement Liberté pour Gaza, fondé il y a deux ans, siège en Californie et rassemble notamment des défenseurs des droits de l'homme, des travailleurs humanitaires et des journalistes de différentes nationalités, selon son site internet.
Parmi les passagers figure Lauren Booth, belle-soeur de l'ex-Premier ministre britannique Tony Blair et actuel représentant du Quartette (Onu, UE, USA, Russie) pour le Proche-Orient.En mars, des organisations humanitaires internationales avaient affirmé que la situation humanitaire dans la bande de Gaza, où vivent 1,5 million de personnes, était la pire depuis l'occupation du territoire par Israël en 1967.
Les habitants de Gaza souffrent de pénuries de vivres et de carburant en raison de la fermeture ou du fonctionnement au ralenti de l'unique point de passage (Karni) où sont autorisés les transferts de marchandises. Le blocus a accéléré l'effondrement de l'économie à Gaza.
Le terminal de Rafah, à la frontière avec l'Egypte, seul point de passage entre Gaza et le monde extérieur, est fermé en quasi-permanence depuis l'enlèvement en juin 2006 du soldat israélien Gilad Shalit. Il ne peut fonctionner qu'avec l'aval d'Israël, aux termes d'un accord conclu fin 2005. Brisant le blocus, des centaines de milliers de Palestiniens s'étaient rués en Egypte en janvier dernier.
"Si l'on exclut les versements des membres de la famille à l'étranger et l'aide alimentaire, et que l'on prend en compte la pauvreté en fonction du revenu des ménages uniquement, le taux de pauvreté dans la bande de Gaza s'élève à presque 67 %", indiquait la Banque mondiale dans un rapport publié en avril dernier, précisant que 96% des activités industrielles y ont été suspendues.
La situation sanitaire est également critique, les hôpitaux manquant de carburant et de matériel, les eaux usées et les ordures ne pouvant être traitées.
Le Hamas a accepté une trêve des tirs de roquettes vers Israël, le 19 juin dernier, contre une levée progressive du blocus. Mais les points de passage continuent à être régulièrement fermés, selon l'Onu.

Partager

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]

Liens vers cet article:

Créer un lien

<< Accueil