lundi, juillet 17, 2006

Pourquoi Israël a attaqué le Liban


LES BOMBARDEMENTS S’INTENSIFIENT DANS BEYROUTH ET SES ENVIRONS

Une bonne partie du Liban est en ruine. L’aviation israélienne n’a pas cessé, hier encore, de larguer des missiles sur le sol libanais, détruisant des infrastructures de base et tuant des civils, parmi eux des enfants. Elle a ciblé dans la nuit de dimanche à lundi l’usine de produits laitiers la plus importante au Liban.

L’un des propriétaires de cette infrastructure économique s’est insurgé contre ce bombardement, décelant dans cette attaque une volonté délibérée du gouvernement Olmert de nuire à l’économie (re) naissante libanaise. Les bombardements israéliens n’ont d’ailleurs pas épargné d’autres centres de production. Une usine de papiers ménagers a été bombardée au sud-est de Saïda, principale ville du Liban-Sud. Des stations d’essence ont également été incendiées. De nombreux ponts et routes ont été détruits. Cela sans parler d’innombrables immeubles et habitations effacés du paysage du Liban-Sud et de la banlieue sud. Les dégâts matériels avoisinent le demi-milliard de dollar, selon le ministre libanais des Finances. Les morts se comptaient par dizaines. Au moins 170 civils ont été tués et 433 blessés depuis le début de l’offensive israélienne le 12 juillet. Des civils libanais, qui fuyaient Liban-Sud soumis à d’intenses bombardements, n’ont pas échappé au déluge de feu qui s’abattait sur leur pays. Hier dans la matinée, un missile air-sol israélien a frappé de plein fouet un minibus transportant douze personnes fuyant le sud du Liban vers Beyrouth. Les passagers ont été pulvérisés. L’artillerie israélienne a également pilonné la ville de Sour, à 83 km au sud de Beyrouth, où dix personnes ont été tuées. Deux gardiens d’une station de pompage des eaux de la rivière Wazzani, sur la frontière est avec Israël, ont été tués dans un raid aérien qui a fait des blessés du côté des habitants du secteur. On dénombre six civils morts dans une série de raids aériens sur la région de Zahlé au centre du pays. Six autres civils, dont une Sri-Lankaise et un Syrien, ont été tués et 12 blessés dans ces bombardements qui ont visé également une aire de stationnement de camions de fret à Cheim, une localité du Chouf, à une trentaine de kilomètres au sud de Beyrouth. 20 personnes dont un Brésilien ont été tuées, dimanche soir, dans un raid sur un immeuble résidentiel de Tyr, au Liban-Sud, lieu où se sont rassemblées des centaines de Libanais ayant fui leurs villages. Un autre bombardement aérien a ciblé le nord de Tripoli, non loin de la frontière du Liban avec la Syrie. Bilan : neuf militaires libanais tués et dix blessés. Un autre missile a été largué sur le tarmac de l’aéroport de Beyrouth, déjà bombardé dès le premier jour de l’offensive militaire, faisant un blessé. Un convoi de camions transportant des civils a été également pilonné sur un pont à l’entrée sud-est de Beyrouth. En tout, près de 25 civils ont été tués dans les raids israéliens opérés dans la journée d’hier. Au moment où il « pleuvait » des missiles sur Beyrouth, les milices du Hezbollah continuaient à riposter timidement par des roquettes jetées sur Haïfa, la ville israélienne la plus proche de la frontière sud du Liban. Près de six personnes ont été blessées. Ces ripostes n’ont fait qu’attiser le feu qui dévore le Liban. Faisant la sourde oreille aux multiples appels au cessez-le-feu, le gouvernement Olmert décide d’intensifier davantage ses attaques jusqu’à l’anéantissement des milices du Hezbollah. Les bombardements se poursuivront au moins une semaine, a déclaré hier le chef d’état-major adjoint de l’armée israélienne à l’agence française AFP. Ainsi, encore de longues journées d’enfer pour le peuple libanais qui ne voit pas encore la communauté internationale agir pour mettre un terme à cette agression. De son côté, le Hezbollah promet de frapper le cœur d’Israël dans les prochains jours. Il dit, en outre, ne pouvoir accepter qu’un cessez-le-feu sans conditions. « Nous n’acceptons aucune condition pour un cessez-le-feu, quelles que soient les pressions sur nous », a affirmé Abdallah Kassir, membre du conseil central de cette formation. Le ministre israélien de la Défense Amir Peretz a déclaré, de son côté, qu’Israël « acceptera uniquement un déploiement de l’armée libanaise » sur la frontière internationale. Le responsable de la formation chiite a, par ailleurs, assuré que les deux soldats capturés le 12 juillet, pour lesquels Israël s’est attaqué au Liban, étaient « dans un lieu sûr » en précisant que le Hezbollah les avait enlevés pour « effectuer un échange de prisonniers et obtenir la libération des détenus libanais et autres Arabes dans les prisons israéliennes ». Face à cette situation belliqueuse, des milliers de ressortissants étrangers ont quitté le Liban.

© El Watan 2006


Chronologie de la crise a...Une caserne de l'armée libanaise bombardée près de Beyrouth: des victimes BEYROUTH - Une caserne de l'armée libanaise sur les hauteurs ...
basta / 00:37

Halte au terrorisme d Eta... Halte au terrorisme d Etat israélien Halte au terrorisme d Etat israélien Depuis plusieurs semaines, le terrorisme d’Etat Israélien se ...
basta / 22:10

Le Liban, spectateur et v... Proche-Orient Le conflit en cours au Liban risque de fragiliser les régimes arabes dits modérés proches des Occidentaux, de miner un ...
basta / 20:34

Solidarité avec les peupl...Rassemblement en solidarité avec les peuples Palestinien et Libanaispublié le lundi 17 juillet 2006 AFPS, AJPF, CCIPPP, GUPS, UJFP, ACG, AAW, ...
basta / 20:02

6e jour de frappes au Lib...BEYROUTH (Reuters) - L'aviation israélienne a continué lundi à frapper aux quatre coins du Liban, faisant une trentaine de morts supplémentaires, ...
basta / 19:57

Partager

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]

Liens vers cet article:

Créer un lien

<< Accueil