mercredi, juillet 26, 2006

Vingt ans d’histoire du Hamas


Cette chronologie ne prétend pas retracer l’histoire des mouvements palestiniens, encore moins celle des relations israélo-palestiniennes. Il s’agit des dates-clés concernant le Hamas, et surtout les principaux évènements qui ont conduit au référendum du 26 juillet prochain.

- 1987 : Ancien membre des Frères musulmans, le cheikh Ahmed Yassine crée à Gaza le Mouvement de la résistance islamique, dont l’acronyme arabe est Hamas.
- 1988 : La charte du Hamas prône l’instauration d’un Etat islamique sur toute la Palestine et la destruction d’Israël.
- 1990 : Le Hamas crée sa branche armée : Ezzedine al-Kassam.
- 1993 : Il se prononce contre la signature des accords d’Oslo par l’OLP.
- 1996 : Le Hamas refuse de participer aux premières élections palestiniennes. Il commet deux attentats-suicides qui favoriseront le succès du Likoud aux élections législatives israéliennes.
- 2001 : Le Hamas multiplie les attentats-suicides contre Israël.
- 2002 : Il est classé « organisation terroriste » par les Etats-Unis et l’UE.
2004
2 février : Le Premier ministre israélien, Ariel Sharon, annonce son intention de démanteler les colonies de la bande de Gaza.
Mars-avril : L’armée israélienne assassine successivement le chef spirituel et le chef politique du Hamas, cheikh Ahmed Yassine et Abdelaziz al-Rantissi.
13 juillet : L’envoyé spécial de l’Onu dans les territoires palestiniens critique sévèrement Yasser Arafat, estimant que la situation dans les Territoires « tourne progressivement au chaos ».
18 août : Devant le Conseil législatif palestinien, Yasser Arafat reconnaît des erreurs « inacceptables » de son gouvernement et promet d’engager des réformes.
11 novembre : Mort de Yasser Arafat à Paris.
16 novembre : Le chef du Hamas à Gaza, Mahmoud Zahar, annonce que son mouvement boycottera l’élection présidentielle de janvier.
2005
9 janvier : Mahmoud Abbas, un proche de Yasser Arafat, est élu à la tête de l’Autorité palestinienne.
27 janvier : Elections municipales dans la bande de Gaza ; le Hamas sort grand vainqueur contre le Fatah de Mahmoud Abbas.
8 février : Sommet Abbas-Sharon ; les deux hommes proclament la fin des violences entre Israéliens et Palestiniens.
5 mai : Série d’élections municipales partielles à Gaza et en Cisjordanie ; le Hamas s’impose dans les grandes villes. 22 août : Fin de l’évacuation des colons israéliens de Gaza, conformément au plan de retrait d’Ariel Sharon.
7 septembre : Israël annonce son refus de voir le Hamas participer aux élections législatives du 25 janvier suivant.
12 septembre : Départ des derniers soldats israéliens de la bande de Gaza. Ce retrait israélien est perçu par les Palestiniens comme un succès de « la résistance armée à l’occupation », donc du Hamas.
15 décembre : Le Hamas devance largement le Fatah dans les principales villes de Cisjordanie à l’occasion de nouvelles élections municipales partielles.
2006
25 janvier : Le Hamas remporte la majorité absolue aux élections législatives, avec 76 sièges sur les 132 que compte le Conseil législatif palestinien, contre 43 sièges pour le Fatah. Le Hamas n’avait aucun député auparavant. 29 janvier : Le Hamas confirme son refus de reconnaître Israël, mais affirme qu’une trêve à long terme est possible.
7 février : Il propose au Fatah de participer au gouvernement.
19 février : Israël annonce qu’il cesse de verser les taxes dues à l’Autorité palestinienne, correspondant aux droits de douane sur les produits importés dans les Territoires et transitant par Israël.
21 février : Ismaïl Haniyeh, considéré comme un modéré du Hamas, est chargé de former le gouvernement.
7 mars : Israël avertit que le Premier ministre palestinien n’est pas à l’abri d’une élimination physique si son mouvement défend toujours le terrorisme.
19 mars : Le Fatah renonce à participer au gouvernement. Mahmoud Abbas appelle à une paix négociée avec Israël que refuse le Hamas.
7 avril : l’UE suspend son aide directe au gouvernement palestinien.
17 avril : Un attentat revendiqué par le Jihad islamique fait neuf morts à Tel-Aviv. Le Hamas refuse de le condamner.
Avril-mai : Des affrontements violents entre militants du Hamas et du Fatah font plusieurs morts à Gaza. On évoque le spectre d’une guerre civile inter-palestinienne.
10 mai : Pour sortir de la crise, des responsables palestiniens emprisonnés en Israël proposent un gouvernement de coalition Fatah-Hamas, la fin des attaques contre Israël et la création d’un Etat palestinien dans les frontières de 1967.
25 mai : Mahmoud Abbas annonce que faute d’un accord Hamas-Fatah, il organisera un référendum sur le document rédigé par les prisonniers palestiniens.
5 juin : Echec des discussions inter-palestiniennes. Les violences s’étendent à la Cisjordanie.
9 juin : Sept civils palestiniens sont tués sur une plage de Gaza par un tir de missile imputé à Israël.
10 juin : Mahmoud Abbas fixe au 26 juillet la date du référendum sur le document d’entente nationale. Le Hamas dénonce un « coup d’Etat ».
27 juin : Israël lance l’opération « Pluie d’été » contre Gaza pour récupérer un de ses soldats capturé deux jours auparavant. 64 responsables du Hamas sont arrêtés.
8 juillet : Israël rejette l’offre de cessez-le-feu d’Ismaïl Haniyeh tant que le caporal Gilad Shalit n’aura pas été libéré.
12 juillet : Le Hezbollah libanais mène une opération militaire contre Israël. Tsahal réplique en bombardant le sud de Beyrouth. Crainte d’un conflit régional.
Armees.Com

Partager

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]

Liens vers cet article:

Créer un lien

<< Accueil