jeudi, août 10, 2006

Alerte maximale aux É-U

Les États-Unis ont décrété l'état d'alerte maximale jeudi pour tous les vols commerciaux en provenance de Grande-Bretagne, après que la police britannique a déjoué un complot terroriste dans lequel Washington soupçonne l'implication d'Al-Qaeda. Le niveau «sévère, ou rouge», le plus haut sur l'échelle américaine, a été décrété pour les vols commerciaux en provenance de Grande-Bretagne, a annoncé le Département américain à la Sécurité intérieure dans un communiqué. «Afin de se prémunir contre toute menace découlant de ce complot, nous avons également placé au niveau élevé, ou orange, le niveau d'alerte concernant tous les autres vols commerciaux», a-t-il ajouté.

Le gouvernement américain a également interdit aux passagers «d'emporter tout liquide, y compris les boissons, les gels pour cheveux et les lotions à bord des avions». Seuls les produits pour bébés et les médicaments sur ordonnance sont exemptés. Les nouvelles mesures sont entrées en vigueur à 4h00 locales et les voyageurs ont aussi reçu la recommandation de se rendre à l'aéroport plus tôt que d'habitude, au moins deux heures à l'avance même pour les vols intérieurs, en raison des mesures de sécurité supplémentaires. Le Département à la Sécurité intérieure a affirmé que rien n'indiquait l'existence d'un complot aux États-Unis. «Nous n'avons pas d'indication pour le moment d'un complot à l'intérieur des États-Unis», a confirmé le directeur du FBI, Robert Mueller lors d'une conférence de presse. Washington soupçonne le réseau Al-Qaeda d'avoir préparé le complot déjoué en Grande-Bretagne. «L'opération laisse penser dans certains de ses aspects qu'il s'agit d'un complot d'Al-Qaeda», a dit le secrétaire à la Sécurité intérieure Michael Chertoff, tout en précisant qu'aucune «conclusion définitive» ne pouvait être tirée pour l'instant. «Je ne veux pas être très précis pour les raisons de l'enquête, mais il ne s'agit pas d'un complot qui en était seulement à l'état embryonnaire», a-t-il ajouté. «Le complot semble avoir été bien planifié et programmé avec un nombre significatif de protagonistes», a-t-il ajouté. Les plans prévoyaient de «multiples explosions dans de nombreux avions», au dessus de l'Atlantique, a-t-il précisé. «Bien que cette opération ait été centrée sur la Grande-Bretagne, elle était sophistiquée avec de nombreux de membres et à échelle internationale», a ajouté M. Chertoff. Il a indiqué que le complot impliquait des terroristes transportant des composants sous forme d'explosifs liquides et d'engins explosifs cachés dans des boissons, des appareils électroniques et d'autres objets usuels. Il a précisé que les terroristes présumés «avaient accumulé et rassemblé les éléments dont ils avaient besoin» et qu'ils «étaient dans la phase finale de la préparation avant l'exécution». Le ministre américain s'est refusé à identifier les compagnies aériennes qui étaient visées se contentant de dire qu'il s'agissait de compagnies aériennes américaines opérant entre la Grande-Bretagne et les USA. La Maison-Blanche a indiqué jeudi que le complot terroriste représentait «une menace directe» pour les États-Unis et averti que l'enquête durerait «des semaines». Le président américain, George W. Bush s'est entretenu «ces jours derniers» du complot avec le premier ministre britannique Tony Blair, a ajouté le porte-parole de la Maison-Blanche, indiquant que des responsables des renseignement, de la sécurité et des forces de police des deux pays «étaient en contact étroit et régulier». Les grandes compagnies aériennes américaines ont affirmé jeudi maintenir leurs plans de vols vers la Grande-Bretagne mais ont averti que les retards allaient être importants.

Cyberpresse

Partager

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]

Liens vers cet article:

Créer un lien

<< Accueil