lundi, août 07, 2006

Génocide au Liban : Une situation sanitaire catastrophique

Les chaînes de télévision du monde entier transmettent chaque jour et ce depuis le 12 juillet 2006 des images apocalyptiques d¹immeubles, de maisons, d¹écoles, de villages, de routes , de ponts totalement détruits par les bombes que largue l¹aviation israélienne sur le Liban.
Par air, par mer et par terre toute la puissance destructrice de l¹armée israélienne est mise à contribution pour raser un pays souverain connu pour son pacifisme. La folie de l¹armée israélienne ne s¹arrête pas là, mais va là où même le nazisme n¹a pas été, à savoir détruire des hôpitaux, des ambulances, des convois humanitaires.
C¹est ainsi qu¹israël a détruit une aile entière de l¹hôpital Jabel Amel à Tyr, tuant une famille de neuf personnes qui avaient tenté d¹obtenir de l¹aide à cet endroit après avoir été victimes d¹un précédent bombardement sur leur immeuble à logement.

Au Liban sud, des avions israéliens ont laissé tomber des prospectus avertissant les villageois qu¹ils devaient fuir vers le nord pour survivre. Lorsqu¹ils se sont conformés à l¹avertissement, un avion de guerre a attaqué une colonne de réfugiés, incinérant 18 personnes, en majorité des enfants. Dans la même région un autre drame humain a eu lieu au village de Cana qui a été bombardé par les avions israéliens : mort d¹au moins 52 civils dont 30 enfants. Les images de ce carnage ont fait le tour du monde, révélant au grand jour le vrai visage de la super armée israélienne qui assassine froidement des civils avec une prédilection pour les bébés et les enfants. Des centaines de Libanais ont été tués, presque tous des civils, des femmes et des enfants en majorité. Plusieurs centaines d¹autres ont été estropiés dans les bombardements et des centaines de milliers ont été forcés de fuir et font face à une crise humanitaire de plus en plus catastrophique. On parle ici d¹un gigantesque acte «d¹épuration ethnique», dont le but est de chasser une population entière de chiites appauvris hors du Liban sud. Devant son incapacité à venir à bout des combattants du Hizbollah, l¹armée israélienne est devenue comme un chien enragé, mordant à droite et à gauche, tuant des innocents au Liban et à Gaza, où des bombardements et des frappes d¹artillerie ont tué des dizaines et blessé des centaines de civils. Depuis jeudi dernier pas moins de 50 Palestiniens sont tombés sous les balles des soldats de l¹Etat hébreu. Le samedi 5 août 2006 un jeune palestinien de 17 ans et sa s¦ur âgée de 15 ans ont été tués par des tirs de l¹armée d¹occupation sioniste.
Dans les deux territoires, Israël mène des actes sauvages et massifs de punition collective contre les populations civiles : des crimes de guerre au sens le plus strict du droit international. Des représentants de l¹armée israélienne ont ouvertement proclamé que leur objectif était de renvoyer Gaza «à l¹âge de pierre» et le Liban «20 ans en arrière», à l¹époque de la violente guerre civile.
Après 25 jours de bombardements intensifs sur les habitations, les voitures, les ambulances, les hôpitaux... plus de 955 personnes sont mortes dont 46% d¹enfants, sans compter ceux que l¹on ne retrouvera que plus tard sous les décombres de leur maison. Pour ceux qui ont la chance de pouvoir atteindre un hôpital ou ce qui en reste, c¹est l¹apocalypse. Le spectacle qui s¹offre à eux est cauchemardesque : des blessés par dizaines à même le sol, pas de médicaments, les médecins et les infirmières encore en service sont dépassés par les flots incessants des victimes. Les personnels de santé sont dépassés et ne peuvent faire face à toutes les demandes de soins car ils parent au plus urgent. Par ailleurs, il n¹y a pas d¹électricité et les groupes électrogènes fonctionnent au fuel qui manque terriblement, un grand nombre de patients ne peuvent pas être correctement opérés, les risques d¹infections sont réelles, les malades sous dialyse sont condamnés à une mort certaine car les bombardements détruisent tout sans aucune distinction. Le Liban vit un drame humain insoutenable.
Mais ce qu¹il y a de plus dur, c¹est la mort. La mort est naturelle; on l¹accepte quand celle-ci survient après une longue et incurable maladie ou quand elle est due à l¹âge très avancé, mais on l¹accepte très mal quand elle est causée par la folie meurtrière d¹assassins car l¹armée israélienne n¹est ni plus ni moins qu¹une armée de tueurs assoiffés de sang. Cette même armée détruit les hôpitaux, les centres de santé, les ambulances, les convois de médicaments et de vivres et tout ce qui est de nature à soulager les blessés. On comprend dès lors le véritable objectif de cette armée : tuer le plus de civils, affamer les rescapés et créer une situation sanitaire catastrophique. Les tyrans, les assassins n¹ont jamais triomphé et, comme disait feu Mahatma Gandhi : «Quand je désespère, je me souviens que tout au long de l¹histoire, la voix de la vérité et de l¹amour a toujours triomphé. Il y¹a eu dans ce monde des tyrans et des assassins et pendant un temps ils peuvent nous sembler invincibles, et à la fin ils tombent toujours. Pense à cela, toujours.» Israël devrait comprendre qu¹il court vers sa propre perte, que ni son armée, ni les armes, les bombes qu¹elle reçoit des Etats-unis ne viendront à bout des peuples qu¹elle s¹obstine à attaquer. Un jour viendra où il faudra bien payer la facture de ces folies meurtrières, Israël devrait s¹inspirer de ce qui est arrivé à Hitler et à ses nazis, c¹est à croire qu¹Ehud Olmert et les siens ont la mémoire très courte.
Il faudrait bâtir un mur sur lequel devraient figurer tous les noms des responsables des exterminations des civils libanais et palestiniens dont le nombre se compte par milliers. Les responsables israéliens ainsi que tous les pilotes de l¹armée israélienne qui sont responsables des bombardements de Gaza, Cana, Bent Jbeil, Beyrouth et toutes les autres localités du Liban devraient être poursuivis pour leurs implication directe dans le génocide du Liban et l¹assassinat d¹enfants en Palestine, les noms de tous ces tueurs devraient figurer sur ce mur de l¹infamie, qu¹il faudrait construire dans toutes les capitales éprises de paix et de justice afin de permettre à ces assassins de découvrir l¹ignominie qu¹ils ont commise. Le Liban devrait exiger de tous les Etats membres de l¹ONU que soit tenue une session commémorative extraordinaire pour honorer toutes les victimes du génocide libanais et que le 12 juillet soit une journée du souvenir, car ce crime contre l¹humanité, c¹est des dirigeants et des soldats israéliens qui l¹ont commis . Il est nécessaire d¹en garder la mémoire pour que de pareilles horreurs ne se reproduisent plus
Devinez qui sont ceux qui vont refuser !

AlBayane.net

Partager

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]

Liens vers cet article:

Créer un lien

<< Accueil