lundi, octobre 09, 2006

Mardi, journée mondiale contre la peine de mort

Alors que 68 pays pratiquent toujours la peine capitale, de nombreuses initiatives auront lieu dans le monde pour réclamer l'abolition universelle.

A l'occasion de la 4e journée mondialecontre la peine de mort, mardi 10 octobre, la Coalition mondiale contre la peine de mort, composée d'organisations de défense des droits de l'Homme, d'ordres d'avocats, de syndicats et d'autorités locales ou régionales, entend affirmer haut et fort que "toute exécution d'un condamné à mort est un échec de la justice". Elle s'attachera à "mettre en lumière les dysfonctionnements intrinsèques de la justice pénale lorsque la peine de mort est appliquée" partant du principe "que l'un des plus solides arguments contre la peine capitale tient au risque intrinsèque d'exécuter des innocents". De nombreuses initiatives auront lieu dans le monde mardi pour réclamer l'abolition universelle. En France, une délégation du Collectif unitaire national de soutien à Mumia Abu-Jamal déposera des milliers de signatures à l'ambassade des Etats-Unis pour exiger un nouveau procès et la libération du journaliste noir américain.
Une lettre ouverte sera également adressée au président Jacques Chirac pour lui demander de ratifier "les instruments juridiques internationaux interdisant le recours à la peine de mort, en toutes circonstances", explique Amnesty, "comme il s'y était engagé en janvier 2006".94% des exécutions dans 4 paysCette année, la coalition souligne cependant que "l'abolition universelle est en marche", avec aujourd'hui, 129 pays abolitionnistes de droit ou de fait contre 63, en 1981, l'année où la France abolissait officiellement la peine de mort, le 9 octobre. Mais d'après Amnesty International, au moins 2.148 personnes ont été exécutées et 5.186 autres condamnées à la peine capitale en 2005 dans les 68 pays maintenant la peine de mort, souvent après des "aveux" extorqués sous la torture ou sans avoir bénéficié d'assistance juridique.Comme les années précédentes, 94% des exécutions ont lieu dans quatre pays : la Chine (au moins 1.770 exécutions et 3.900condamnations), l'Iran (94 exécutions dont huit mineurs), l'Arabie saoudite (88 exécutions dont de nombreux étrangers sans interprète à leur procès) et les Etats-Unis (60 personnes exécutées en 2005 dont plusieurs souffraient de troubles mentaux, quelque 3.000 personnes dans le couloir de la mort).Parmi les revers subis en 2005-2006 par les abolitionnistes, figurent la reprise des exécutions en Irak après le rétablissement de la peine de mort, la fin des moratoires observés en Palestine et en Indonésie ainsi que des déclarations favorables au rétablissement de la peine de mort en Pologne de la bouche notamment du chef de l'Etat Lech Kaczynski.
Nouvel Observateur 09.10.06
Lire aussi
4ème Journée mondiale contre la peine de mort : Appel à l’abolition universelleLe 10 octobre 2006, à l’occasion de la 4ème Journée ...
La peine de mort, de plus...
L’espace géographique mondial dans lequel la peine de mort est appliquée se resserre, mais la lutte pour son abolition universelle s’exerce ...


Partager

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]

Liens vers cet article:

Créer un lien

<< Accueil