vendredi, novembre 17, 2006

L’Amérique rejouera-t-elle un rôle positif au niveau international ?


Il aura fallu six longues années pour que le people américain se rende compte à quel point Bush, entouré de ses conseillers du parti républicain et de son équipe de néo conservateurs, ne pouvait mener les États Unis d’Amérique que dans des impasses incroyablement dangereuses et coûteuses.
vendredi 10 novembre 2006, par Ashoka / Oulala
Les démocrates viennent de gagner la majorité à la chambre des représentants et au Sénat. Ou plutôt, les démocrates ont profité du vote sanction des électeurs américains, les sondages l’indiquent clairement. En fait, dans la majorité des cas, les électeurs ne connaissaient ni le nom ni le programme des démocrates pour qui ils ont voté, et ont simplement exprimé leur opposition à Bush et à la guerre en Irak, voulant clairement marquer leur mécontentement. S’étant enfin rendu compte que le fait de confier la totalité du pouvoir à un seul parti était une erreur, les électeurs ont rectifié la situation.
Les suites ne se sont pas fait attendre. Un des responsables les plus dangereux de la politique de Bush, Donald Rumsfeld, a servi de premier fusible. Il faut dire qu’en dehors de Dick Cheney, l’armée, les généraux, et même des républicains influents voulaient sa démission. Restent encore un grand nombre d’individus puissants et nuisibles à éliminer, au premier rang desquels Dick Cheney et George W. Bush.
Les démocrates devraient changer beaucoup d’aspects de la politique américaine. Est-ce à dire que la stratégie qui consiste depuis le 11 Septembre à appeler de « sympathisant terroriste » tout américain qui tente de défendre à la fois la constitution américaine, le principe de séparation des pouvoirs, la charte des droits et libertés, les principes de la Convention de Genève contre la torture, et la réputation du ministère de la justice américain face aux dérives à connotation d’abus de pouvoir permanent, est-ce à dire que cette stratégie pernicieuse va cesser ? Les républicains ont instauré, grâce au 11 Septembre, un système qui se trouve au-dessus des lois. Bush a signé une multitude de documents qui ont bloqué des lois passées par le congrès, non pas en vertu d’un droit de veto, mais en vertu d’un abus de pouvoir personnel et auto-conféré, se mettant lui-même au-dessus des lois du pays. Les Etats-Unis sont devenus une tyrannie exécrée par une grande partie du monde, et l’ensemble de son système judiciaire et politique a fait fi des principes sacrés de séparation des pouvoirs, fondement essentiel de la démocratie américaine et de son système des libertés individuelles. Triste constat pour ce qui fut la première démocratie du monde (c’est ce qu’on a tendance à dire, mais est-ce aussi vrai qu’on le dit ?).
Que feront les démocrates au cours des deux prochaines années ? Passons sur leur action en politique intérieure, qui nous intéresse moins, mais essayons de voir quels effets salutaires ils peuvent avoir sur ce qui touche à la situation internationale.
Est-ce que l’influence politique des démocrates va faire cesser les guerres illégales en Afghanistan et en Irak, la légalisation de la torture, les camps de détention comme Guantanamo, et la propagande infondée qui tend à faire croire que l’Islam, les Arabes et tous les autres bronzés de la planète (le délit de sale gueule est très américain) constituent un danger terroriste qui menace en permanence les bons Américains ?
Sous l’influence des démocrates et de leur poids politique au gouvernement depuis ces élections gagnées, les Etats-Unis reconnaîtront-ils que la première cause des frictions avec les Musulmans est la défense inconditionnelle d’Israël dans le conflit qui l’oppose aux Palestiniens ? Le gouvernement américain va-t-il créer une commission d’experts indépendants pour faire toute la lumière sur les évènements du 11 Septembre ? On sait que 36% des Américains ne croient pas un mot du rapport de commission qui a été publié par la clique de Bush.
Au Moyen-Orient, comme le Roi de Jordanie l’avait prédit, le croissant Chiite s’étend maintenant de l’Iran au Liban, et c’est la première force dans cette région du monde. La fierté des Musulmans et des Arabes a été bafouée, on les a accusés de tous les maux, on a mené une croisade inique contre eux. On en a fait des terroristes systématiques, les ennemis publics numéros un de la planète. Sachant que c’est maintenant un fait avéré que les Etats-Unis n’ont ni les ressources militaires, ni les moyens financiers et ni la crédibilité pour intervenir, cette région est laissée aux forces qui s’y sont installées. Les Israéliens se sont isolés avec leurs politiques de génocide contre les Palestiniens, les plus fortunés d’Israël envoyant leurs enfants hors du pays pour les protéger. À force de spolier les Palestiniens de leurs terres, de détruire leurs maisons au bulldozer, de tuer leurs enfants, de faire des Palestiniens des réfugiés vivant dans des conditions terribles, les Israéliens ont montré leur intransigeance criminelle, et ont cautionné des gouvernements irresponsables. L’inqualifiable guerre contre le Liban en a été une illustration.
Le 21 ème siècle a bien mal commencé pour le monde, choqué par les erreurs d’une Amérique républicaine. Le prestige s’est envolé, l’état policier aveugle a remplacé la sagesse des grands leaders américains, les grands défis de l’environnement pour la planète ont été méprisés par l’Amérique de Bush, l’ONU a été mise sous le boisseau, et l’économie mondiale a souffert d’une Amérique surendettée.
La vraie question : Est-ce que le fait que l’Amérique ait été gouvernée par les Républicains qui a été la cause de tout cela, ou le fait que l’Amérique est l’Amérique, tout simplement ?
Un changement radical de ton est attendu dans les relations internationales entre une Amérique unilatérale et méprisante sous la règle républicaine et celui, sage et coopératif, qui devrait marquer le style d’un gouvernement démocrate. L’essentiel, pour nous, est que les grands défis de ce siècle trouvent plus facilement des solutions grâce à une Amérique coopérative, alors que c’est justement l’Amérique qui a été une cause d’un trop grand nombre de problèmes.
Ashoka.
NB : Cet article s’inspire d’un grand nombre d’opinions exprimées dans la presse américaine.
17.11.06 12:35

Partager

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]

Liens vers cet article:

Créer un lien

<< Accueil