jeudi, mars 01, 2007

37 millions de laissés pour compte du rêve américain

Les PIB croissent comme champignons d’automne, et pourtant, de plus en plus d’hommes et de femmes sont rejetés aux marges de la société. Nouvelles fraiches du modèle américain.
Le pourcentage des américains qui vivent une situation d’extrême pauvreté a atteint un record jamais atteint depuis 32 ans. Des millions de personnes tombent dans la misère et le fossé entre les possédants et les démunis continue de se creuser.
27 février 2007 / YABASTA

Les journalistes de McClatchy ont analysé les derniers chiffres disponibles et découvert que 16 millions d’américains vivent dans la pauvreté où l’extrême pauvreté.
Les économistes et les statisticiens ont une définition très précise de la notion de pauvreté.
Sont considérés comme pauvres les foyers qui diposent de moins de la moitié du revenu médian, c’es à dire du niveau de ressource qui partage la société en deux moitiés : 50% au dessus, 50% en dessous.
La catégorie « pauvreté extrème » décrit les revenus inférieurs de moitié à celle de la pauvreté.
Aux USA, les personnes ayant un revenu annuel inférieur à 10 160$ sont considérés comme pauvres, ceux qui disposent de moins de 5 080$ par an entre dans la catégorie d’extrême pauvreté.
L’extrême pauvreté a augmenté de 26% entre 2000 et 2005 aux USA.
Elle n’est pas limitée aux villes, mais touche également les banlieues et les zones rurales.
la productivité des salariés a considérablement augmenté depuis la brève récession de 2001, mais les salaires et l’emploi sont restés à la traîne. Dans le même temps, la part des revenus allant vers les profits des entreprises a dépassé celle des salaires. Ceci explique pourquoi le revenu médian des ménages a baissé depuis cinq ans.
Ce facteur parmi d’autres, aide à comprendre pourquoi 43% des 37 millions de pauvres ont basculé vers l’extrême pauvreté - le plus haut chiffre observé depuis 1975.
La proportion des américains subissant une extrême pauvreté s’est accrue doucement mais continument depuis trente ans. Mais depuis l’année 2000 le nombre de foyers sujets à une pauvreté extrême s’est accru « plus qu’aucun autre segment de la population » selon une étude récente menée par le Journal de la Medecine Préventive.
« C’est le contraire absolu de ce que à quoi nous nous nous attendions », dit le docteur Steven Woolf de la « Virginia Commonwealth University », qui co-signe l’étude. « Ce que nous avons constaté c’est un accroissement inquiétant de l’extrême pauvreté. »
Cette augmentation marquée, qui s’est stabilisée en 2005, reflète à quel point il est difficile pour les travailleurs sans qualification de sortir de la pauvreté dan un marché du travail incertain qui favorise les salariés expérimentés et formés. C’est également une indication que les progammmes sociaux ne sont plus aussi efficaces qu’ils ne l’ont été pour réinsérer ceux qui tombent dans la précarité.
Un tiers des personnes extrêmement pauvres sont agées de moins de 17 ans, et deux tiers sont des femmes. Les familles mono-parentales dont le chef de famille est une femme forment une large partie de cette catégorie.

BASTA

Partager

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]

Liens vers cet article:

Créer un lien

<< Accueil