mercredi, avril 18, 2007

Les dessous de la stratégie américaine

L’Administration américaine ne laisse passer aucune occasion pour rappeler son engagement à propager la démocratie dans le monde arabe et islamique. Ses adversaires, non plus, ne laissent passer l’occasion d’accuser cette même administration d’avoir manqué à ses engagements ou d’avoir échoué à réaliser son objectif.
Assem Abdel-Khaleq / publié le mardi 17 avril 2007 / France-Palestine / BASTA

Or, il faut s’interroger : est-ce que les Etats-Unis, et plus particulièrement l’Administration Bush, étaient un jour ou l’autre sérieusement engagés à faire régner la démocratie ou à l’imposer ou même à faire pression pour l’appliquer dans les pays arabes et islamiques ?
Dire que l’Administration américaine est revenue sur son engagement ou qu’elle a échoué dans sa mission signifie que cet objectif figure réellement sur l’agenda de la politique étrangère concernant les relations avec les Arabes. Ceci est-il vrai ?
Cette question de l’engagement américain à faire régner la démocratie suscite aussi une autre question importante : A quel point Washington a-t-il réussi à exploiter ce slogan de la démocratie au service d’objectifs politiques déterminés qui n’ont rien à voir avec la démocratie ?
Il est inutile de s’arrêter longtemps devant la première question. En effet, rien ne laisse croire que les Etats-Unis, en particulier sous l’Administration actuelle, ont un jour décidé d’exercer une pression réelle sur les régimes dictatoriaux alliés aux Etats-Unis dans le monde arabo-musulman pour les convaincre d’opter pour la démocratie. Washington sait parfaitement que le résultat du transfert vers la démocratie sera la chute de ces mêmes régimes. Et les Etats-Unis ne peuvent en assumer le prix.
Nous en arrivons à la seconde partie de la question concernant l’exploitation du terme de démocratie pour servir les objectifs politiques intérieurs et extérieurs des Etats-Unis. Cette réalité est devenue de plus en plus claire sous l’Administration actuelle qui s’est même élargie dans l’exploitation de la démocratie comme prétexte moral à ses aventures militaires.
La guerre contre l’Iraq constitue un exemple classique qui montre à quel point Bush a eu recours à l’acceptation internationale du principe de la démocratie comme objectif noble pour justifier son invasion de l’Iraq. L’Administration Bush continue à refuser de reconnaître que les forces américaines en Iraq sont des forces d’occupation, assurant qu’elles jouent un rôle de libération, une tendance qui s’est renforcée du fait que Washington n’a pas réussi à prouver l’existence d’armes de destruction massive en Iraq.
Il est important de signaler que l’expérience américaine a dévoilé une réalité arabe attristante : l’instauration d’un régime démocratique réel, même avec la chute du régime de dictature, est une chose très difficile qui implique des dangers de démantèlement et de conflits intérieurs, et peut-être même de guerre civile.
Or, l’Administration américaine ne peut renoncer totalement, même de manière théorique, à l’idée de la propagation de la démocratie dans le monde comme partie de son programme politique étranger. Et les causes sont claires. Premièrement, brandir le bâton de la démocratie au visage des gouvernements arabes, y compris les alliés, réalise des gains importants et rend ces gouvernements plus flexibles face aux réclamations américaines.
Et rien n’empêche, selon les règles du jeu que connaissent les deux parties, que les Etats-Unis exercent des pressions sur un certain régime sans que ceci ne cause de grande gêne pour le régime ou l’expose à de graves problèmes.
Nous savons que l’année dernière, les Etats-Unis ont consacré 1,2 milliard de dollars pour le renforcement des droits de l’homme et de la démocratie dans le monde. L’Administration américaine publie un rapport annuel sur les violations des droits de l’homme, lequel adresse de nombreuses critiques à ses alliés. Mais la rigueur de ces critiques ne peut être comparée à celle des critiques adressées aux ennemis, même si les violations des droits de l’homme sont les mêmes dans les deux cas. De plus, les sanctions imposées aux Etats ennemis sous prétexte de violation à la démocratie n’ont rien à voir avec les « pressions douces » exercées contre les Etats amis qui commettent les mêmes violations, voire peut-être plus.

al-Ahram hebdo en français, 11- 17 avril
http://hebdo.ahram.org.eg/arab/ahram/2007/4/11/doss2.htm
Notes les plus récentes
Des crapauds mènent le mo...Une ‘Faille comme hypothèse aux malheurs de 17 mars 2007 par Raymond MONEDI / Altermonde - le village Le ...
Maroc: deux terroristes p...La police poursuit sa traque de ce qu'elle soupçonne être une organisation terroriste en cours de formationDeux kamikazes sont morts mardi ...
Deux kamikazes éliminés p...La traque anti-terroriste se poursuit au Maroc mardi 10 avril 2007, par Franck Salin Deux terroristes présumés ont trouvé la mort, ...
Maroc: un deuxième kamika...Un policier retient une femme qui essaie de pénétrer dans le périmètre de sécurité, le 10 avril 2007 à Casablanca. Photo: ...
Le réseau mondial des bas...Les fondements de la terreur des peuples ou les maillons d'un filet qui emprisonne Mondialisation.ca - 2007-04-09 / par ...
Alger: deux attentats rev...ALGER (AFP) - Au moins vingt-quatre personnes ont été tuées et 222 blessées mercredi en milieu de matinée à Alger dans ...
Infos Gaza n°338Palestinian Centre for Human Rights Du 29 mars au 4 avril les Forces d’occupation israéliennes (FOI) ont tué 4 Palestiniens dont ...
La révision de la Loi ant...Mohammed Abdullah et Mohammed Gaber Sabbah, déclarés coupables des attentats de Taba (Égypte).© AP GraphicsBank Égypte / AmnestyLes autorités égyptiennes commettent ...
Combats sporadiques à Mog...vendredi 13 avril 2007, 16h06 / (Reuters) - Des soldats somaliens et éthiopiens ont été impliqués vendredi pour la troisième ...
Casablanca: deux kamikaze...Deux frères kamikazes se sont fait sauter samedi dans le centre de Casablanca, blessant une passante, avant que la police marocaine ...
La semaine MarocLes Marocains ont dû attendreplusieurs heures avant de voirles premières images de Hay Al Farah,à Casablanca.(AIC PRESS)Dimanche 15 Avril 2007 ...
Jour de la terre (22 avr...« Le Jour de la Terre fait résonner haut et fort le message que des citoyens de toute la planète souhaitent ...
Fin du temps d'EluardFin du temps d'Eluardjeudi, 12 avril 2007 - 15:33 (CEST)LA POÉSIE EST UNE ARMEC’était un temps dur à tenter, maigre ...
Les Etats-Unis accusés d'...L'ancien commandant de la Garde Républicaine d'Irak a accusé les US d'avoir utilisé des armes non conventionnelles dans sa guerre menée ...

LA POÉSIE EST UNE ARME
ARTICLES EN VEDETTE
Ecoute j'ai quelque chose à te dire
Fin du temps d'Eluard
OISEAUX
La branche d'amandier de Lamartine
"Le Tombeau d'Arthur Rimbaud"
Dans la nuit,...
Je t'ecris de la main gauche
N’ais plus peur du vent
Le Mort joyeux
Il suffirait
Poèmes sur l'Espoir
Demain nos enfants
L’ENFANT QUI NAÎTRA DE L’HUMAIN ET DE L’H...
Pauvre Rimbaud
La peur pue comme la mort
SALUT D’AMOUR
Ils disent que c'est un jour de fête
Un doigt de pensée
Résister
LES TUEURS D'ARC-EN-CIEL
POUR NOTRE PATRIE
Cri
L'homme juste
° Fais FrOnt °
PAIX EN IRAK
Joyeux Noël
DISPOSITONS POÉTIQUES
QUE LE CRI DÉTACHÉ DE TA COLÈRE
DU JOURNAL D'UNE JEUNE IRAKIENNE
MONDE MONDE VASTE MONDE
Toi le soleil
Joyeuses fêtes de Noël et très bonne année...
En attendant demain
Mon pays paie
Vois la vie
Les coeurs solitaires
Le temps
POUR L'AMOUR DE LA VIE
Nuit de l'enfer
Torture.
Rouge le coeur des hommes
L'éternité
Je suis vraiment très désolée . . .
Mur de haine
Le Dépositaire infidèle
Perpétuité
Patience
FLEURIR LA PARANOÏA
PAIX EN IRAK
Le sang de l'innocence

Partager

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]

Liens vers cet article:

Créer un lien

<< Accueil