samedi, juillet 22, 2006

Gouvernement occulte supra mondial


Réunion du club Bilderberg à Ottawa : l'élite de la planète s'est rencontré du 8 au 11 juin dernier. Une réunion ultra secrète regroupant jusqu'à 120 personnalités parmi les plus influentes au monde a eu lieu dans un luxueux hôtel de Kanata proche de la capitale canadienne. Peu de journaux ont signalés ce fait, comme toutes ces réunions occultes par le passé ont été peu médiatisées.
Chefs d'État, têtes couronnées, ministres, pdg de multinationales, diplomates de premier rang et magnats des médias forment ce club privé mieux connu sous le nom de Bilderberg. Il se rencontre annuellement depuis 1954 tout en gardant la plus grande discrétion quant au contenu des débats.
Contrairement au Sommet des Amériques, du G8 ou du G20, ces réunions ne sont pas médiatisées car elles se tiennent à huis clos. Le but des conférences qui se sont échelonné sur plusieurs jours à l'hôtel Brookstreet, à Ottawa, est de discuter des problèmes et des défis planétaires. Des groupes de manifestants, qui reprochent au groupe Bilderberg de tenir un agenda international caché et de former un gouvernement secret, tentent chaque année de déterminer l'endroit de la rencontre annuelle afin de dénoncer cette approche considérée anti-démocratique. Parmi les personnalités aperçues à leur arrivée figurent l'ancien président de la Banque mondiale James Wolfensohn, encore lui, l'ancien patron de Nokia devenu président de Shell Jorma Ollila, et l'ancien ambassadeur canadien à Washington Franck McKenna. Mais passons et expliquons plutôt ce qu'est le groupe Bilderberg et pourquoi le petit peuple se fait carrément entourlouper par ce groupe néo-libéral mondialiste.
À l'appui de la thèse qui prétend que le monde est gouverné par une poignée d'individus influents, on peut citer Walther Rathenau (1867-1922) qui écrivait dans le journal autrichien Wiener Freie Presse du 24 décembre 1912 : « Trois cents hommes, dont chacun connaît tous les autres, gouvernent les destinées du continent européen et choisissent leurs successeurs dans leur entourage ». Et Disraëli (1804-1881), de renchérir dans « Coningsby » : « Le monde est gouverné par de tout autres personnages que ne se l'imaginent ceux dont l'œil ne plonge pas dans les coulisses ».
Depuis, les choses n'ont pas changé. Trois groupes, dont l'existence est connue, sauf bien sûr du grand public, mais dont les buts réels et les stratégies sont soigneusement tenus secrets en dépit de quelques fuites, sont les maîtres d'œuvre d'une transformation radicale de la géopolitique mondiale : Le groupe Bilderberg créé en 1954 qui compte 120 participants environ, la commission Trilatérale, qui œuvre depuis 1972 et qui en compte 300, et le CFR (Council on Foreign Relations) composé de 2700 américains, qui a été créé le premier en 1927. Un personnage central tient un rôle prépondérant dans ces trois organisations. Il s'agit du banquier David Rockefeller, sans conteste l'homme le plus puissant et le plus influent de la planète. Mais gaffeur à l'occasion. Il a laissé échapper quelques phrases qui dévoilent le but réel de ces organisations : l'établissement d'un gouvernement mondial totalitaire. Citons-le à deux occasions :
« Quelque chose doit remplacer les gouvernements, et le pouvoir privé me semble l'entité adéquate pour le faire ». (David Rockefeller dans Newsweek International du 1er février 1999.)
« Nous sommes reconnaissants envers le Washington Post, le New York Times, Time Magazine et d'autres grands journaux, leurs directeurs ayant participé à nos rencontres et ayant respecté la promesse de discrétion pendant près de 40 ans. Il nous aurait été impossible de développer notre Plan pour le Monde toutes ces années durant si les projecteurs avaient été braqués sur nos activités. Le Monde est maintenant plus sophistiqué et plus préparé à accepter un Gouvernement Mondial. La Souveraineté Supra-Nationale d'une Elite intellectuelle et de banquiers est sûrement préférable au principe d'Autodétermination Nationale des peuples, pratiquée tout au long de ces derniers siècles ». David Rockefeller (Discours à la Commission Trilatérale en 1991).
Le groupe Bilderberg constitue, comme l'OTAN, et depuis sa création, l'influence la plus forte des Etats-Unis sur l'Europe. Un comité directeur composé d'Henry Kissinger, de David Rockefeller et d'un représentant choisi parmi les nations les plus puissantes, décide de l'ordre du jour pour chaque conférence et choisit les invités. Certains invités sont quasi permanents, les autres changent au fil des ans. Quatre-vingt pour cent environ des participants sont européens, les autres sont américains. Bien qu'il n'y ait aucun membre officiellement, les participants américains au groupe Bilderberg sont en général des membres du CFR, exclusivement américain, ou de la Trilatérale, qui regroupe les élites de l'Europe, des Etats-Unis et du Japon.
Nous savons que la France avait en place ses invités. Étaient présent : Michel Barnier (ancien ministre, vice-président des laboratoires mérieux) ; le professeur Albert Bressand ; Henri de Castre (Pdg du groupe d'assurances AXA) ; Bertrand Collomb (Pdg du cimentier Lafarge) ; Richard Descoing (directeur de l'Institut d'études politiques de Paris) ; Patrick Devedjian (député) : Yves de Kerdrel (éditorialiste au Figaro) ; Anne Lauvergeon (Pdg du groupe d'énergie nucléaire Areva) Thierry de Montbrial (président de l'Institut français des relations internationales) ; François Pinault (directeur du groupe Artemis) et Olivier Roy (orientaliste). Que du menu fretin comme vous pouvez le constater. [1]
Les conférences de ce groupe ont commencé en 1954 à l'hôtel Bilderberg qui lui a légué son nom, à l'initiative du Prince Bernhard des Pays-Bas, actionnaire principal de la très riche et très puissante Société Générale de Banque de Belgique, et ex-SS nazi, qui dût démissionner en 1975 à la suite du scandale provoqué par l'affaire Lockheed. Sa fille, la Reine Béatrix, la femme la plus riche au monde, prend part à presque toutes les réunions. La Société Générale de Belgique, bien qu'elle ne soit pas la seule banque à faire partie du Bilderberg, est très bien représentée par la Reine Béatrix et Étienne Davignon, qui siège à la direction de cette banque, en plus d'occuper des postes prestigieux dans d'autres grandes sociétés et d'avoir été, un temps, Vice-Président de la Communauté Européenne.
Lors de l'avant dernière réunion du groupe, Henry Kissinger, George Robertson, Conrad Black, la Reine Beatrix des Pays-Bas, James Wolfenson et David Rockefeller étaient présents aux conférences. Le groupe Bilderberg prend grand soin de n'avoir aucune couverture médiatique. Les rencontres du Bilderberg, qui regroupent chaque année pendant trois jours les élites du monde entier, se font sous couvert de prétextes futiles. En 2000, par exemple, elle était présentée comme un tournoi international de criquet ! Les hôtels qui abritent le Bilderberg sont gardés par les services secrets, MI6 et CIA en tête. Les plus grands organes de la presse mondiale participent aux réunions, sans en faire écho dans leurs journaux. Aucun rapport n'est écrit, toutes les communications se font oralement. Tous ceux, peu nombreux, qui ont laissé transpirer même l'information la plus anodine sur les travaux du groupe Bilderberg, ont été évincés.
Ainsi, un groupe restreint appartenant à l'élite politique et financière mondiale, et composé de quelques dizaines d'individus seulement, en majeure partie américains, s'est organisé en caste toute puissante. Elle exerce une influence considérable sur le monde entier, au-delà des frontières géopolitiques, et contrôle les gouvernements des états-nations de la planète, mettant depuis longtemps le monde en coupe réglée. Cette caste est au sommet du véritable pouvoir mondial et elle est conseillée par une élite intellectuelle de quelques centaines de membres, fortement convaincus de la nécessité de remplacer les formes actuelles de pouvoir qui dirige le monde. Certains de ces conseillers sont membres permanents de l'organisation, d'autres ne sont consultés qu'à l'occasion, pour la réalisation d'un projet ponctuel qui sert le dessein de l'ensemble.
L'influence considérable, que cette caste exerce, permet à ses membres de continuer à accumuler richesses et privilèges, mais leur ambition ne s'arrête pas là. Leur but, auquel ils oeuvrent depuis des décennies, est la mise en place d'un gouvernement mondial unique, dirigé par eux seulement, et pour leur profit exclusif.
Le processus de transition est insidieux, secret, et s'opère de façon parfaitement planifiée au rythme des réunions de leurs membres. Tous les membres de la caste ne s'exposent pas au public, et la grande majorité reste dans l'ombre, gardant le plus total anonymat. Certains membres, tels David Rockefeller, incontestable figure de proue du nouvel ordre mondial, s'exposent en apparaissant dans les réunions. Les membres de la caste supérieure et leurs conseillers sont organisés en « sociétés de pensée », d'aspect anodin et parfaitement inoffensif, de nature à ne pas inquiéter les observateurs extérieurs. Les réunions, tenues périodiquement, se prolongent par de nombreux contacts restreints entre des membres de sous-commissions, sur un problème particulier qui concerne un point précis, et l'ensemble est organisé en faisceaux regroupés au niveau supérieur. Les résultats s'obtiennent de façon incrémentale et itérative, chaque victoire gagnée permettant de passer à l'étape suivante, suivant un programme dont les grandes lignes ont été tracées dès l'origine, mais qui s'affine plus le grand-œuvre s'accomplit. Cette tâche gigantesque a été décidée et conçue par quelques-uns des plus brillants cerveaux de la planète, tous persuadés que ce système est le plus approprié à l'espèce humaine. Certains d'entre eux, peu nombreux, le font par seule conviction sans en tirer un profit autre que la satisfaction d'appartenir à une élite, d'autres en sont les bénéficiaires privilégiés et se réservent la part du lion.
Ça vous semble être du délire hein ! Ça l'est, mais c'est du délire réel, la pure vérité. C'est la sauce à laquelle on veut nous manger. L'établissement d'un gouvernement mondial totalitaire, d'où seront exclus certains, comme les Africains qu'on tue à coup de Sida, et d'autres dont on aura la peau avec le Sars ou d'autres saloperies. Avec David Rockefeller qui affiche ouvertement la donne vous douteriez encore ?
Le troisième millénaire promet des réjouissances, rien à voir avec ce qu'on a connu jusqu'à lors. Alors qu'on se bat bec et ongles pour la défense de nos droits, les élites du vrai pouvoir mondial, la caste des seigneurs, nous concoctent un nouveau gouvernement, mondial et totalitaire. Ce serait ça notre destin. Finir comme serfs du grand capital. Si je peux me permettre c'est bien fait pour notre gueule. À force d'adorer l'argent comme un dieu on a laissé ses grands prêtres prendre le pouvoir. Mais bon sang, réveillons-nous !

Le dimanche 18 juin 2006
Revoltes

Partager

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]

Liens vers cet article:

Créer un lien

<< Accueil