lundi, octobre 30, 2006

Une identité à reconstruire

(Extraits tirés du livre Le nationalisme en question(s) de Pierre Poggioli)
L’identité est le fondement même de l’être, de l’individu et de sa communauté. Notre identité, c’est notre dignité. Entrer dans la modernité sans une affirmation de son identité, c’est perdre son âme. C’est notre identité culturelle qui forge notre unité. C’est, pour les Corses, la source essentielle et vitale de notre patrimoine.
Notre identité se retrouve dans tous les actes de la vie quotidienne, dans notre manière de penser, de s’exprimer, dans nos propres valeurs, dans la création, et même dans nos refus… C’est pourquoi, aujourd’hui, il nous faut réhabiliter notre langue et notre culture pour redonner vigueur à notre identité menacée par mille périls.
La langue, la culture, l’identité forment un triptyque indissociable. Sans sa langue, ses traditions, ses croyances, sa façon d’appréhenderet de traduire la vie à la mort, la nécessité constante de se référer et de se situer dans son propre espace qui est l’Ile, sa pieve, son village, sa maison, ses proches, la Corse, les Corses n’existent plus.
La langue ne constitue pas un simple véhicule de communication interne ou externe. Elle exprime des valeurs de civilisation, notre manière de vivre, de penser, de souffrir, d’aimer ou de haïr… Constitutive de notre identité, elle en est le fondement et l’expression.
[…]L’affirmation de notre culture ne saurait se réduire ou accepter de la laisser ravaler au rang d’une simple revendication folklorique. La culture n’est pas une simple addition de la langue, des arts et des différentes formes d’expression. Elle est certes tout cela mais elle est bien plus. Elle constitue le socle qui détermine et définit notre peuple. Elle réprésente l’art et la manière de vivre, d’appréhender le quotidien d’une communauté dont elle exprime le rapport à l’espace et au temps.
[…]C’est ce qui fait que nous nous sommes collectivement constitués dans des siècles de lutte pour défendre la terre qui nous appartient et la raison pour laquelle nous sommes différents, ni supérieurs ni inférieurs, à d’autres peuples. Ainsi le système politique d’une nation, quel qu’il soit, son économie, sa vie sociale en découlent et ne sauraient s’accomplir s’il n’y a pas affirmation d’un accord avec le fond culturel du peuple.
29 October 2006

Partager

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]

Liens vers cet article:

Créer un lien

<< Accueil